Des « milliards de frais » pour les sociétés à cause des contingents

Le Conseil fédéral ne se laisse pas dérouter par l'automne

Photo: Keystone

A peine mises en consultation, les propositions du Conseil fédéral sur l'immigration sont déjà prises pour cible. La présidente de la Confédération Simonetta Sommaruga n'entend toutefois pas se laisser déconcerter par le climat politique quelque peu échaudé avant les élections fédérales.

'Le Conseil fédéral doit suivre la voie qu'il a entamée', a déclaré la ministre de la justice samedi à la radio alémanique SRF. Et de rappeler que l'application de l'initiative de l'UDC sur l'immigration de masse se fait au fur et à mesure.

Le Conseil fédéral considérera certainement ce qui est majoritairement soutenu dans le cadre de la consultation et où il y a matière à corriger, a-t-elle ajouté.

Le collège a présenté mercredi dernier son projet de loi: comme annoncé, il entend appliquer l'initiative par des contingents et la préférence nationale. La plupart des partis ont vertement critiqué la proposition.

Deux milliards de coûts

Pour Christian Levrat, les partis du centre n'ont soit pas compris le projet du Conseil fédéral, soit ils craignent de perdre des électeurs s'ils l'approuvent, affirme le président du PS dans l'hebdomadaire alémanique 'SonntagsZeitung'.

Autre son de cloche du côté de l'économie, qui ne ménage pas le gouvernement: les contingents pour travailleurs étrangers pourraient engendrer chaque année deux milliards de francs de coûts pour les entreprises. Cette estimation du président de l'Union patronale suisse (UPS) Valentin Vogt s'avère nettement supérieure à celle du Conseil fédéral, qui mise sur 100 millions.

Propositions cet été

Valentin Vogt critique aussi le projet de taxer les employeurs pour le personnel recruté à l'étranger ou celui d'obliger les entreprises à créer des places d'apprentissage afin d'encourager le recrutement de main-d'oeuvre indigène.

Le ministre de l'économie Johann Schneider-Ammann avait annoncé d'autres réformes, jugées insuffisantes par la gauche. Le Conseil fédéral est conscient qu'il faut agir pour recruter davantage de personnel en Suisse, a admis Mme Sommaruga dans le 'SonntagsBlick'. C'est pourquoi il a chargé le Département de l'économie de présenter des propositions d'ici l'été.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.