Dénouement dans l'affaire des chevaux détenus à Boncourt (JU)

Le sort des 33 chevaux détenus par un agriculteur à Boncourt (JU) depuis le mois d'octobre est désormais réglé. La majorité des chevaux a trouvé un nouveau propriétaire. La somme issue de la vente permettra de rembourser une partie des frais de pension.

Cet agriculteur a vécu une mésaventure plutôt insolite: il s'était en effet retrouvé à devoir nourrir et héberger des chevaux qui ne lui appartenaient pas. Leur propriétaire n'avait plus donné signe de vie durant plusieurs mois et n'avait pas non plus payé la pension des animaux.

Chevaux vendus

C'est grâce aux efforts de l'association 'Pferde in Not' ('Chevaux en détresse') que la situation a été résolue, a annoncé vendredi la vétérinaire cantonale jurassienne Anne Ceppi. Les équidés qui n'ont pas trouvé un nouvel acquéreur seront provisoirement repris par l'association.

Tous les chevaux pourront donc quitter l'exploitation jurassienne ce week-end et retrouver une écurie pour les accueillir. La somme issue de la vente des chevaux permettra de rembourser une partie des frais de pension estimés à quelque 45'000 francs.

L'agriculteur avait dû puiser dans ses propres réserves pour nourrir les 33 chevaux: une tonne de foin et 500 kg de paille par jour. Il a ensuite bénéficié d'un élan de solidarité depuis que son histoire a été relatée sur les réseaux sociaux. Des bénévoles se sont mobilisés pour nourrir et apporter des soins aux animaux.

Soulagement

'Je peux enfin passer à autre chose', a déclaré l'agriculteur de Boncourt à l'ats. Mais il estime qu'il pourrait malgré tout perdre entre 15'000 et 20'000 francs. 'Tout dépendra du prix de vente des chevaux', a-t-il expliqué.

'Je ne pensais pas que cette histoire prendrait une telle ampleur', a ajouté Michel Prêtre en évoquant l'intérêt médiatique suscité par sa mésaventure. 'L'élan de solidarité a fait plaisir', a-t-il souligné visiblement ému.

Ce dénouement survient après trois semaines de négociations entre les services de l'Etat jurassien, le propriétaire des chevaux établi en Suisse alémanique et l'association 'Pferde in Not'.

'C'est un soulagement pour l'ensemble des personnes impliquées dans ce délicat dossier', écrit le canton du Jura dans un communiqué. Le séquestre préventif prononcé le 10 février a pu être levé après les garanties données à la vétérinaire cantonale sur le sort des animaux.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.