Début urgent sur le franc fort: le Conseil fédéral garde le cap

Début urgent sur le franc fort: le Conseil fédéral garde le cap

Photo: Keystone

Les conseillers nationaux ont croisé le fer dans un débat urgent sur le franc fort. Les idées ont fusé tous azimuts, mais elles resteront plus ou moins lettre morte. Le Conseil fédéral campe en effet sur ses positions et ne veut pas de mesures choc.

Pas moins de 24 orateurs, de tous les groupes parlementaires, sont montés à la tribune durant plus de trois heures pour rivaliser de propositions et de revendications. Mais ils n'ont pas infléchi les ministres des finances Eveline Widmer-Schlumpf et de l'économie Johann Schneider-Ammann, qui ont répété les réticences du gouvernement à adopter des mesures drastiques.

Geler les embauches de personnel

Le PLR et l'UDC ont demandé une dérégulation et un gel des embauches du personnel de l'Etat. Philipp Müller (PLR/AG) souhaite que la Confédération stoppe la croissance des dépenses et il exige des mesures pour que les rémunérations versées dans le public ne croissent pas plus nettement que dans le privé.

Le président de l'UDC Toni Brunner (SG) revendique pour sa part un gel immédiat des recrutements dans l'administration fédérale et une réduction, d'ici à 2016, des 33'700 équivalents plein temps à 30'000.

Revenir au taux plancher

A gauche, les recettes avaient une autre tonalité. Pour Jacques-André Maire (PS/NE), il est important que la BNS introduise le plus vite possible un nouveau cours plancher de 1,15 franc pour un euro.

Le PS veut que la moitié des bénéfices de la BNS versés aux cantons soient affectés à l'assurance chômage et à la formation continue et que les gains de change soient répercutés sur les consommateurs. Le camp rose-vert a aussi fustigé les salaires en euros ou les hausses du temps de travail.

Indépendance de la BNS

Pour le gouvernement, l'indépendance de la BNS est intangible, a rappelé Mme Widmer-Schlumpf. Et selon M. Schneider-Ammann, il faut attendre le second semestre pour tirer les conséquences de la décision de la BNS du 15 janvier. C'est pourquoi le Conseil fédéral a décidé de ne pas adopter de programme conjoncturel pour l'instant.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.