Débat républicain: Marco Rubio malmené avant le New Hampshire

Débat républicain: Marco Rubio malmené avant le New Hampshire

Photo: Keystone

Sept candidats républicains à la Maison Blanche se sont affrontés samedi soir lors d'un huitième débat particulièrement tendu, avant les élections primaires du New Hampshire. Marco Rubio a été vivement attaqué par ses adversaires qui espèrent freiner sa progression.

Le sénateur de Floride a été la cible de critiques immédiates après son score meilleur que prévu dans l'Iowa lundi dernier. 'Il n'a tout simplement pas l'expérience', a d'entrée de jeu lancé le gouverneur du New Jersey Chris Christie, au cours d'une tirade particulièrement virulente, l'accusant de n'avoir jamais pris de 'décision importante dans laquelle sa responsabilité était engagée'.

'Marco Rubio est un politicien doué, mais nous avons déjà essayé (un jeune sénateur) avec Barack Obama', a déclaré de son côté l'ancien gouverneur de Floride Jeb Bush, mettant lui aussi en avant son expérience sur le terrain.

M. Rubio, 44 ans, qui s'attendait visiblement à ces attaques, a essayé de les esquiver, en répétant à cinq reprises la même attaque contre le président Obama, qu'il a accusé de sciemment vouloir 'changer ce pays, pour faire que l'Amérique ressemble plus au reste du monde'.

'Quand je deviendrai président des Etats-unis, nous allons ré-embrasser toutes les choses qui ont fait de l'Amérique le plus grand pays du monde', a poursuivi Marco Rubio.

Le télégénique sénateur de Floride, benjamin des candidats républicains, était arrivé 3e des caucus de l'Iowa. Une surprise qui lui vaut d'être devenu l'espoir de l'establishment républicain, qui déteste tout autant Ted Cruz, sénateur ultra-conservateur du Texas arrivé en tête dans l'Iowa, que le milliardaire Donald Trump, qui a dû s'y contenter d'une deuxième place.

Pas de femme invitée

Lors du débat de samedi organisé au Saint Anselm College, université catholique sur les hauteurs de la ville de Manchester, et diffusé par ABC, M. Trump s'est lui présenté comme celui ayant 'le meilleur tempérament' pour devenir président. Il a dit qu'il avait été le premier à parler d'immigration illégale et des musulmans, et qu'il avait mis en garde à l'époque contre la guerre en Irak.

'Nous allons gagner avec Trump. Notre pays ne gagne plus. Nous allons gagner avec Trump et c'est ce que le pays va aimer', a-t-il ajouté, profitant durant le débat de ce que les attaques se concentrent sur Marco Rubio.

Les candidats ont tour à tour évoqué leurs positions sur l'immigration, la santé, le terrorisme, la politique étrangère, la police, l'armée, les anciens combattants, le mariage homosexuel.

Donald Trump s'est déclaré pour la technique de la simulation de noyade pour les terroristes présumés, qui a été interdite par le président Obama, technique d'interrogatoire également soutenue par le sénateur Ted Cruz dans des situations d'urgence. Jeb Bush s'y est dit opposé.

Un vote déterminant

Le débat télévisé de samedi était particulièrement important: le petit Etat du New Hampshire (nord-est) est le deuxième à voter, dans le long marathon qui désignera les candidats, républicain et démocrate, à l'élection présidentielle du 8 novembre pour succéder à Barack Obama. Il donne généralement le ton pour la suite, les candidats les plus faibles n'y survivent souvent pas.

Certains électeurs sont aussi réputés pour ne se décider qu'au dernier moment. Les électeurs indépendants, qui peuvent choisir de voter démocrate ou républicain, y sont en outre très nombreux, 44% du total. Ils ont été particulièrement courtisés.

Dans le New Hampshire, Donald Trump est en tête devant Marco Rubio (35% à 14% selon un dernier sondage 7News/University of Massachusetts Lowell), et il a pris soin samedi soir de ne pas prendre de risque. Ted Cruz est selon ce sondage 3e, à 13%. Il est aussi resté prudent durant le débat.

Viennent ensuite l'ancien gouverneur de Floride Jeb Bush (10%), le gouverneur de l'Ohio John Kasich (10%), le gouverneur du New Jersey Chris Christie (4%), et le neuro-chirurgien Ben Carson (3%).

En dépit de ses protestations, la seule femme candidate chez les républicains, Carly Fiorina, ancienne directrice générale de Hewlett-Packard, n'a pas été invitée au débat en raison de ses résultats trop faibles.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.