D. Leuthard annonce plus de moyens pour les radios privées dès 2016

D. Leuthard annonce plus de moyens pour les radios privées dès 2016

Photo: Keystone

Les radios privées devraient percevoir davantage d'argent de la redevance à partir du milieu de l'année prochaine. Le Département de l'environnement, des transports, de l'énergie et de la communication (DETEC) va soumettre cette proposition au Conseil fédéral.

L'annonce a été faite jeudi par Doris Leuthard à l'occasion du SwissRadioDay 15. La cheffe du DETEC a esquissé le futur du paysage radiophonique. Une telle prospective est possible depuis que le Tribunal fédéral a confirmé, la semaine dernière, le résultat du vote du 14 juin modifiant la loi fédérale sur la radio et la télévision (LRTV).

Il s'agit maintenant d'élaborer l'ordonnance et de réaliser les travaux préparatoires, a dit Mme Leuthard. La conseillère fédérale mise sur une perception de la redevance des ménages à partir de 2018, mais n'en a pas précisé le montant.

C'est le Conseil fédéral qui s'en chargera juste avant l'entrée en vigueur. La taxe ne devrait pas dépasser les 400 francs annuels évoqués durant la campagne de votation.

Passage au numérique

Mais le gouvernement ne va pas attendre 2018 pour donner un coup de pouce aux radios privées au bénéfice d'une concession. Celles-ci devraient être soutenues davantage dès le milieu de l'année prochaine. Le Conseil fédéral veut ainsi aider les stations en proie à une situation financière difficile.

Doris Leuthard n'a pas ménagé ses louanges à la branche de la radio. Elle a vivement salué le fait que dans ce secteur, les diffuseurs privés et la SSR collaborent étroitement. L'exemple le plus frappant de cette collaboration est d'après elle le passage de l'analogique (OUC) au numérique (DAB+). Puisque tous les acteurs concernés se sont réunis, le changement devrait être effectif en 2020.

Miser sur le swissness

Le prochain challenge se profile toutefois déjà. Si Internet apporte de toutes nouvelles possibilités, une toute nouvelle concurrence voit aussi le jour. Il appartient donc aux radios de trouver des solutions pour continuer de remplir leur mandat de service public, estime la ministre de la communication.

Mme Leuthard est néanmoins convaincue que les stations peuvent tenir bon face à la concurrence avec une bonne dose de 'swissness'. 'C'est ce que demande le public', souligne-t-elle, insistant sur la crédibilité dont jouit toujours la radio.

Pour 2020, à l'expiration des concessions, tout reste ouvert. Avec le passage au numérique, les concessions ne seront plus nécessaires. La Confédération examine si - et à quel point - l'Etat doit continuer d'être un régulateur.

'Peut-être pourrons-nous tout laisser au libre marché, mais peut-être faudra-t-il certaines règles pour garantir les prestations importantes de service public', estime la conseillère fédérale.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.