Contrat de rachat de Sharp par Hon Hai signé

Contrat de rachat de Sharp par Hon Hai signé

Photo: Keystone

Les deux PDG des groupes japonais Sharp et taïwanais Hon Hai ont signé samedi devant les caméras le contrat scellant les conditions du rachat du premier par le second. Cette cérémonie est attendue depuis plus d'un mois.

En ouverture d'une conférence de presse à Osaka (retransmise en direct sur internet), Kozo Takahashi (Sharp) et Terry Gou (Hon Hai) ont apposé leurs signatures sur le document qui précise que Hon Hai/Foxconn va acquérir, par le biais d'une augmentation de capital, 66% de Sharp pour quelque 389 milliards de yens (3 milliards d'euros).

Les termes de cette transaction avaient été annoncés le 30 mars, un peu plus d'un mois après un premier accord qui a dû être renégocié après la transmission tardive par Sharp de documents nécessitant de nouveaux examens par Hon Hai.

'J'aime le Japon et depuis plus de 30 ans j'ai une relation profonde avec ce pays. Je suis venu la première fois pour mon 30e anniversaire, j'ai désormais 66 ans. Mais aujourd'hui est un jour important pour Hon Hai et Sharp, une entreprise de plus de 100 ans que j'aime d'autant plus qu'elle porte depuis toujours en elle les gènes de l'innovation', a déclaré Terry Gou.

Importantes synergies

'Je remercie Terry Gou et toutes les personnes de Hon Hai qui nous ont permis d'en arriver là', a déclaré M. Takahashi.

'Les conditions du marché se sont aggravées, nous poussant à étudier divers moyens de redressement. Finalement nous avons décidé d'accepter la proposition de Hon Hai englobant un volet capitalistique et un projet industriel', a-t-il rappelé avant de dérouler les ambitions qui animent désormais les deux groupes.

'Cet accord va contribuer à l'expansion de nos activités avec des synergies importantes entre les deux compagnies', a-t-il assuré.

Groupe nippon emblématique

Sharp a un besoin impérieux de redonner de l'élan à ses piliers que sont notamment les écrans à cristaux liquides (LCD) et d'avancer sur les autres technologies (écrans électroluminescents), alors que la concurrence est très rude et que les fluctuations du marché sont dures à encaisser.

Fleuron de la cité industrielle d'Osaka (ouest) aux côtés de Panasonic, Sharp est tombé dans une situation financière catastrophique du fait d'une concurrence féroce que ses technologies LCD de pointe n'ont pas suffi à combattre après la crise financière de 2008-2009. Un redressement par ses propres moyens était de son propre aveu devenu impossible.

Cet emblématique groupe nippon, qui n'était à ses débuts en 1916 qu'une fabrique japonaise de boucles de ceinturons 'bien serrés' et de crayons 'bien taillés' (en un mot 'sharp'), a préféré passer sous pavillon taïwanais que d'être démantelé par un fonds semi-étatique japonais qui proposait de le fusionner en partie avec une autre entreprise de LCD, Japan Display.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.