Construction: le boom touche à sa fin (BAKBASEL)

Construction: le boom touche à sa fin (BAKBASEL)

Photo: Keystone

Le boom dans la construction touche à sa fin en Suisse, après avoir atteint des sommets l'an dernier. Evoquant le franc fort et des incertitudes d'ordre politique, BAKBASEL prévoit un net repli cette année et l'an prochain, avant une reprise dès 2017.

Après avoir crû de 3,1% en 2014, 'un record', les investissements dans la construction baisseront de 1,9% cette année et de 1,3% en 2016. C'est ce qui ressort des prévisions sectorielles pour 2014-2020 publiées mardi par l'institut de recherches économiques bâlois.

Outre les obstacles économiques, cette tendance baissière est aussi imputable à des décisions politiques. 'Le secteur subit les premiers effets de l'initiative pour la limitation des résidences secondaires, qui freinent la construction de logements', souligne BAKBASEL. 'En particulier dans les régions de montagne.'

Trop de bureaux

Dans les autres régions de Suisse, les experts s'attendent aussi à 'une évolution négative' ces deux prochaines années, tant dans les nouvelles constructions que les rénovations. La dynamique générale se maintient cependant à un niveau élevé, en comparaison historique.

Même tendance au niveau des constructions de bureaux et de surfaces commerciales. La cherté du franc et l'initiative sur l'immigration de masse incitent les patrons à la prudence au moment d'investir.

Deux facteurs qui contribuent aussi à rendre la Suisse moins attrayante aux yeux d'entreprises en quête d'un nouveau site. Enfin, le secteur souffre de surcapacités, liées à la surchauffe des années 2008 à 2012.

Changements démographiques

Les impulsions positives sont à attendre du côté des infrastructures. L'institut bâlois s'attend globalement à une croissance soutenue cette année, avec la réalisation d'importants projets dans le domaine de la santé et du social. 'Les perspectives sont bonnes à court et à moyen terme, en raison de l'évolution démographique' marquée par un vieillissement de la population.

Dans l'ensemble, le ralentissement prévu pour ces deux prochaines années ne devrait être que passager. A moyen terme et pour l'entier du secteur de la construction les chercheurs de l'institut bâlois tablent sur une solide croissance.

Bassin lémanique en tête

Les investissements devraient repartir à la hausse dans deux ans et afficher une croissance annuelle moyenne de 1,3% entre 2017 et 2021, soutenus par les dépenses publiques. Le coup d'accélérateur sera principalement ressenti à Bâle et autour du Bassin lémanique.

Les constructions résidentielles devraient profiter d'une hausse de la population et des revenus des ménages, sans toutefois atteindre les niveaux de ces cinq dernières années. L'obtention de crédit est aujourd'hui plus difficile qu'alors et les prix demeurent très élevés selon les régions.

Quant aux constructions commerciales, BAKBASEL ne s'attend qu'à une légère hausse. 'La mise en oeuvre de l'initiative contre l'immigration de masse reste un facteur d'incertitude', menaçant la croissance démographique et les relations avec l'Union européenne.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.