Compromis trouvé en commission pour la paix des transports à Genève

Compromis trouvé en commission pour la paix des transports à Genève

Photo: Keystone

Un compromis a été trouvé pour mettre fin à la guerre des transports à Genève. Le projet a été adopté mardi soir à une large majorité par la commission ad hoc du Grand Conseil. Il devra encore passer le cap de la plénière le 3 décembre.

'Un cessez-le-feu a été signé hier soir', a annoncé mercredi aux médias le député MCG Pascal Spühler, président de la commission des transports. Le compromis sort de l'opposition idéologique gauche-droite pour offrir un système de mobilité cohérent qui prend en compte l'ensemble des modes de transport, s'est félicité le PLR Daniel Zaugg, président de la sous-commission qui l'a élaboré.

Les partis ont reconnu avoir fait des concessions pour aboutir à un texte pragmatique, équilibré et ambitieux. L'objectif est d'optimiser les modes de déplacements, afin de fluidifier la circulation et éviter le trafic de transit. A cette fin, la moyenne ceinture du canton doit être rendue plus homogène et lisible.

Sur le fond, des priorités différenciées sont prévues selon les zones. La mobilité douce sera favorisée au centre. Parmi les leviers d'action figurent des limitations de vitesse variables sur certains axes urbains en fonction du trafic, la création d'un maximum de zones 30 km/h dans l'hypercentre-ville ou encore des bus à haut niveau de service offrant une réelle alternative aux pendulaires.

'Le pari de l'intelligence'

Ce texte constitue le contreprojet à l'initiative constitutionnelle écologiste 'Pour des transports publics plus rapides!'. Or les Verts envisagent de retirer leur initiative, ce qui transformerait le contreprojet en simple loi, sans passer par une votation. Autre avantage, une loi non constitutionnelle pourrait être modifiée selon l'évolution de la mobilité dans le canton, a relevé M. Zaugg.

'Nous faisons le pari que les partis politiques peuvent être intelligents sur un enjeu majeur pour Genève', a déclaré le député MCG Eric Stauffer, membre de la sous-commission. Daniel Zaugg a reconnu qu'il devra expliquer et convaincre au sein du PLR, dont des commissaires ont refusé le texte. Le socialiste Thomas Wenger a mis en garde: 'C'est un paquet. Le coût de l'échec sera important.'

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.