ChemChina rachète Syngenta pour 43,8 milliards de francs

Syngenta passe en mains chinoises pour 43,8 milliards de francs

Photo: Keystone

Le géant chinois de la chimie ChemChina veut acquérir le groupe bâlois d'agrochimie Syngenta pour 43 milliards de dollars (43,8 milliards de francs). Le conseil d'administration recommande à l'unanimité d'accepter l'offre.

'Syngenta restera Syngenta et continuera d'être basé en Suisse', a déclaré mercredi à Bâle devant les médias Michel Demaré, président du groupe agrochimique. 'Nous ne sommes pas dans une transaction visant des synergies de coûts, nous allons au contraire assurer la continuité stratégique, maintenir les investissements et poursuivre notre expansion sur les marchés émergents', a-t-il rassuré.

Dans le détail, l'offre de China National Chemical Corporation (ChemChina), propriété du gouvernement chinois, se monte à 465 dollars (474 francs au cours actuel) auxquels s'ajoute un dividende spécial de 5 francs, soit au total pratiquement 480 francs.

Une offre publique d'achat sera lancée au cours des prochaines semaines en Suisse et aux Etats-Unis. Le nouvel actionnaire permettra la poursuite de la stratégie et de l'investissement à long terme dans l'innovation. L'opération, dont la finalisation est attendue d'ici à la fin de l'année, ne devrait avoir aucun impact sur l'emploi.

La direction actuelle de Syngenta continuera de piloter l'entreprise. Après la clôture de la transaction, un conseil d'administration composé de dix membres sera présidé par Ren Jianxin, président de ChemChina, et inclura quatre membres de l'actuel conseil de Syngenta.

Les investisseurs ont accueilli la nouvelle avec enthousiasme. Vers 14h15, le titre Syngenta s'envolait de 5,28% à 413 francs, tandis que le SMI progressait de 0,16%.

Chinois ravis

Présent à la conférence de presse, Ren Jianxin a déclaré que 'les discussions entre nos deux entreprises ont été amicales et constructives, et nous sommes ravis que cette collaboration ait pu aboutir à un accord'. Il a également souligné la qualité des produits suisses, ainsi que l'attrait de la place économique du pays.

Interrogé sur un possible rapprochement entre Syngenta et l'entreprise agrochimique israélienne Adama, rachetée en 2011 par ChemChina, le président du groupe chinois a rappelé que les deux sociétés opéraient dans des secteurs d'activité différents, avec peu de chevauchements au niveau de l'emploi. Il n'a toutefois rien exclu à ce stade, laissant la porte ouverte à cette option.

Michel Demaré a pour sa part déclaré que le rachat par l'entreprise chinoise 'minimise les perturbations d'ordre opérationnel' et 'permet un investissement à long terme dans l'innovation'. Elle permettra également à Syngenta de poursuivre sa croissance dans les marchés émergents, particulièrement en Chine.

Plus grosse acquisition chinoise

Il s'agit de la plus grosse acquisition jamais réalisée par une entreprise chinoise, selon l'agence Bloomberg News. ChemChina a déjà entrepris plusieurs achats de taille récemment en Europe, parmi lesquels le fabricant de machines-outils allemand KraussMaffei et le fabricant italien de pneus Pirelli.

Avec cet accord, le groupe chinois, qui occupe quelque 140'000 personnes dans le monde, brûle notamment la politesse à Monsanto. L'offre du groupe américain était insuffisante et s'avérait problématique quant aux exigences qu'auraient pu poser les autorités de la concurrence, a expliqué Michel Demaré. Le groupe bâlois aurait notamment été contraint de se séparer d'une partie de ses activités.

Selon Bloomberg, Syngenta aurait aussi rejeté une première offre de ChemChina à la fin de l'année dernière.

Résultats en baisse

Parallèlement à l'annonce de l'accord avec ChemChina, le groupe bâlois a publié ses résultats 2015. Celui-ci a vu son bénéfice net chuter de 17% par rapport à 2014, à 1,34 milliard de dollars (1,37 milliard de francs). L'exercice a notamment été perturbé par les fluctuations massives enregistrées sur les marchés des devises.

Le chiffre d'affaires, en raison de la force du dollar, monnaie de compte du groupe qui emploie quelque 28'000 personnes dans le monde, a baissé de 11% en termes réels à 13,4 milliards de dollars. A taux de change constants, il afficherait toutefois une légère hausse de 1%. Le résultat brut d'exploitation (EBITDA) du groupe s'est pour sa part dégradé de 5% à 2,78 milliards de dollars.

Les ventes de la division principale protection des cultures ont reculé de 12% à 10 milliards de dollars (-1% à taux de change constants). La division semences a vu les siennes se replier de 10% à 2,83 milliards (mais +5% à taux constants). Enfin, celles de la division gazon et jardin ont baissé 7% à 648 millions (+3%).

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.