Charles Vögele fait l'objet d'une OPA du groupe Sempione Retail

Charles Vögele fait l'objet d'une OPA du groupe Sempione Retail

Photo: Keystone

En difficulté depuis des années, Charles Vögele passe en mains italiennes. Un groupe d'investisseurs contrôlant Sempione Retail entend lancer une OPA sur le groupe schwyzois de confection au prix de 6,38 francs par action, soit 56 millions. L'enseigne disparaîtra.

Le prix offert par Sempione Retail, groupe d'investisseurs dont la première chaîne de confection italienne OVS détient 35% du capital, représente une plus-value de 2,1% par rapport au cours de clôture de l'action Charles Vögele vendredi à la Bourse suisse, écrivent lundi le groupe établi à Pfäffikon et son partenaire transalpin.

Le conseil d'administration de Charles Vögele recommande d'accepter l'offre de Sempione Retail. Outre l'ex-Oviesse, Sempione Retail est détenu par Retails Investments (44,5%), elle-même propriété des entrepreneurs italiens Jonathan Kafri et Enzo de Gaspari, ainsi que par Aspen Trust Services (20,5%), l'actuel actionnaire principal du groupe schwyzois (15,2%).

Devant la presse réunie à Zurich, Max Katz, le président du conseil d'administration de Charles Vögele a estimé que l'offre publique d'achat (OPA), pour un prix 'équitable', représentait la meilleure option pour l'entreprise au vu d'un environnement toujours plus difficile.

Secteur en mutation

Le marché de la confection européen va au-devant de changements fondamentaux, sous l'effet d'une concurrence exacerbée, d'une pression sur les prix et la part croissante du commerce en ligne, a expliqué M. Katz. De plus, le franc fort, avec comme corollaire le tourisme d'achat, a mis à mal les affaires helvétiques, les plus rentables.

Au premier semestre 2016, Charles Vögele a essuyé une perte nette de 32 millions de francs, contre un débours de 36 millions un an plus tôt. Le chiffre d'affaires s'est quant à lui étiolé de 3,6% à 378 millions de francs.

L'an passé, les ventes de Charles Vögele ont chuté pour une cinquième année consécutive et la perte nette s'est creusée à 62 millions de francs. L'exercice précédent s'était achevé sur un déficit de 10,8 millions, contre 29,6 millions en 2013.

L'entreprise, qui entamé son retrait de Belgique, après avoir quitté la République tchèque et la Pologne, a engagé de nouvelles mesures de restructuration pour redresser sa rentabilité. En Suisse, elle prévoit de fermer ses magasins les moins rentables ou trop proches d'autres points de vente. Charles Vögele y compte 163 boutiques, pour un total de 759.

Affaires allemandes vendues

Dans le cadre de la transaction, Charles Vögele a vendu ses affaires en Allemagne, son second marché après la Suisse, à un discounter européen, a ajouté M. Beraldo. Le groupe a aussi cédé l'ensemble de ses immeubles en Suisse. Estimé à 169 millions de francs, le produit de ces ventes servira à rembourser une partie d'un crédit syndiqué.

Sempione Retail lancera son OPA le 26 octobre. Alors qu'elle devrait s'achever le 23 novembre, les investisseurs italiens considéreront l'opération comme aboutie pour autant qu'ils disposent de 70% des actions de Charles Vögele.

Une fois la transaction bouclée, soit avant la fin de l'année, Charles Vögele sera décotée de la Bourse suisse et un nouveau conseil d'administration sera désigné. La direction du groupe devrait rester en place, a laissé entendre Stefano Beraldo, le patron d'OVS.

De loin numéro un italien du prêt-à-porter avec une part de marché de 7,1%, OVS est entrée à la Bourse de Milan l'an passé, a ajouté M. Beraldo. L'entreprise établie à Mestre, près de Venise, qui affiche depuis plusieurs années une croissance supérieure à ses concurrents, entend à terme prendre le contrôle de Charles Vögele.

Fin de l'enseigne Charles Vögele

Mais dans un premier temps, OVS souhaitait pouvoir s'appuyer sur des partenaires, compte tenu de la complexité et des risques de la transaction. L'an passé, le groupe italien a ouvert son premier magasin helvétique de mode pour enfants OVS Kids à Lausanne.

A la faveur de l'OPA de Sempione Retail, OVS peut poursuivre son expansion internationale et s'installer sur un marché suisse difficile d'accès, mais riche, a ajouté M. Beraldo. Ce dernier a notamment mis en exergue des difficultés pour trouver des locaux bien situés.

L'an passé OVS a réalisé un chiffre d'affaires de 1,3 milliard d'euros (1,42 milliard de francs) avec ses 1250 boutiques et ses 6500 salariés. La collaboration avec OVS se soldera par la disparition de l'enseigne Charles Vögele d'ici 2018 au profit d'OVS. L'agencement des magasins et le marketing seront alignés sur le modèle du groupe italien.

L'abaissement attendu des coûts centraux et d'approvisionnement en Asie devrait permettre à Charles Vögele de renouer avec les chiffres noirs. Pour l'heure, les conséquences sur l'emploi ne sont pas connues, si ce n'est que des suppressions de postes toucheront le siège de Charles Vögele.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.