COMCO: feu vert à la coentreprise Swisscom-SSR-Ringier dans la pub

COMCO: feu vert à la coentreprise Swisscom-SSR-Ringier dans la pub

Photo: Keystone

La COMCO donne son feu vert à la création de la coentreprise de Swisscom, la SSR et Ringier dans le secteur de la commercialisation de publicité. Elle ne s'attend pas à la disparition d'une concurrence 'efficace' sur ce marché.

La collaboration dans le domaine de la commercialisation de contenus publicitaires va certes constituer une entreprise forte, a indiqué mercredi la Commission de la concurrence (COMCO). Mais le gendarme de la concurrence de la Confédération note que d'autres concurrents importants subsistent en matière de publicité en ligne, TV, radio et dans la presse écrite.

En outre, le développement du marché en matière de publicité TV ciblée est actuellement incertain, ce qui rend une suppression de la concurrence efficace 'improbable'. La COMCO relève encore qu'elle pourra toujours intervenir par la suite si l'entreprise commune atteint une position dominante sur le marché et en abuse.

Alternative suisse

Swisscom, la SSR et Ringier avaient annoncé à la mi-août leur alliance dans le domaine publicitaire. L'idée est de proposer une 'alternative suisse puissante' aux géants américains du secteur Google ou Facebook, lesquels concentrent environ 50% des parts du marché du secteur de la publicité numérique en Suisse.

L'entreprise commune, qui entamera ses activités au premier trimestre 2016, comptera environ 290 employés et aura comme directeur général Martin Schneider, actuellement patron de publisuisse. Marc Walder en sera le président du conseil d'administration. La SSR et Swisscom seront représentés au conseil d'administration par Roger de Weck et Urs Schaeppi, leurs directeurs généraux respectifs.

La coentreprise va commercialiser les espaces publicitaires de Swisscom, de la SSR, de Ringier et de tiers. Elle envisage de développer la publicité TV ciblée et de s'implanter dans le marché ces prochaines années, note la COMCO.

Clash entre éditeurs

L'annonce de ce projet avait créé une véritable onde de choc au sein des éditeurs. Quelques jours après l'annonce de cette collaboration inédite entre deux entreprises publiques (Swisscom et SSR) et une société privée, le groupe de presse zurichois Ringier avait claqué la porte de l'association des éditeurs alémaniques Schweizer Medien.

Selon cette dernière, il est inacceptable que la Confédération - via la SSR financée par la redevance et Swisscom dont elle détient 51% des parts - intervienne dans le domaine des médias où la concurrence est déjà imparfaite.

L'association des éditeurs alémaniques demande concrètement une interdiction de la publicité pour la SSR, une 'exigence radicale' que Ringier ne peut soutenir. Dans la foulée, Ringier Romandie, qui édite Le Temps, L'Hebdo et l'Illustré, a décidé de quitter Médias Suisses.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.