Bourse suisse: début de semaine hésitant, avec un sprint final

Bourse suisse: début de semaine hésitant, avec un sprint final

Photo: Keystone

La Bourse suisse a entamé la semaine sur une note hésitante, après les turbulences récentes, tout en s'accordant un petit sprint final qui lui a permis de terminer nettement dans le vert. Pour le moment, il n'y a pas beaucoup de marge pour aller plus haut.

La crainte d'un affaiblissement conjoncturel en Chine couplée à l'incertitude sur le moment que la Réserve fédérale américaine (Fed) choisira pour relever son taux directeur paralysent les investisseurs. Sur l'ensemble du mois qui s'achevait ce lundi, l'indice des valeurs vedettes Swiss Market Index (SMI) a fortement reculé.

La séance a été sans impulsion et ennuyeuse, selon les courtiers. Le thème principal après la rencontre des banquiers centraux à Jackson Hole ce week-end a tourné autour des spéculations sur le moment où la Fed relèvera son taux directeur. On parle de septembre après que le vice-président de la Fed Stanley Fischer a tenu des propos sur l'inflation qui ont alimenté les craintes d'un prochain relèvement.

Le SMI a fini sur un gain de 0,45% à 8824,56 points. Sur l'ensemble du mois d'août, il a affiché une baisse considérable de 6,4%. Le SLI a gagné 0,47% à 1306,74 points et le SPI 0,46% à 8894,61 points. Sur les 30 blue chips, 21 ont progressé et neuf reculé.

Dans cet environnement incertain, le poids lourd défensif Nestlé (+0,6%) a été recherché. Cela a aussi été le cas pour les deux géants pharma Roche (+0,3%) et Novartis (+0,5%), qui se sont hissés dans le vert sur la fin. Actelion a fait nettement mieux avec un gain de 1,3%. Après les turbulences du mois d'août, le potentiel de rattrapage du secteur pharma est considérable, ont expliqué des courtiers.

Les gros gagnants sont les cycliques Syngenta (+3,5%), Lonza (+1,9%) et Adecco (+1,6%). Après que Monsanto a renoncé à son offre de rachat de Syngenta, l'action avait fortement reculé en fin de semaine passée. UBS a abaissé sa recommandation à 'neutral' de 'buy'. Adecco a retrouvé des acheteurs. Le durcissement de la réglementation sur le travail aux Etats-Unis avait plombé le titre vendredi.

Aux bancaires, CS a perdu 0,2%, Julius Bär 0,9%, alors qu'UBS a gagné 0,4%. Aux assurances, Swiss Re (+0,5%) a gagné du terrain alors que Zurich (-0,3%) en a perdu. L'agence de notation Standard & Poor's a dégradé la perspective pour cette dernière à 'stable' contre 'positive', sans toucher à la note 'AA-' en elle-même.

La volatile Transocean (-0,4%) a subi de petites prises de bénéfices après avoir gagné 13% vendredi dans le sillage d'un rebond des prix du pétrole. Le groupe de forage texan n'en a pas moins connu une semaine mouvementée depuis l'annonce d'impopulaires mesures de conservation des liquidités, parmi lesquelles un renoncement partiel au dividende. Vontobel a sabré tant dans la recommandation que dans l'objectif de cours.

Les valeurs du luxe Richemont (-0,9%) et Swatch Group (-1%) ont souffert des craintes pour la demande en Chine, pays où les deux groupes sont très engagés.

Sur le marché élargi, Airopack et Ems-Chemie ont progressé respectivement de 7,7% et 3,9% après des chiffres semestriels. EFG International (+5,7%), Huber+Suhner (+5,2%), Dottikon ES (+4,7%) et Carlo Gavazzi (+4,5%) sont les autres gros gagnants du jour.

Meyer Burger a reculé de 3,7%. Le fournisseur de l'industrie solaire a annoncé la réorganisation de ses activités en Allemagne avec la vente de la filiale Roth & Rau - Ortner.

Barry Callebaut (+1,2%) a trouvé un accord avec Petra Foods sur un différend concernant le prix d'acquisition de la division cacao du groupe de confiserie singapourien, qu'il avait repris en 2013. Au terme de l'accord, le leader mondial de l'industrie du chocolat et du cacao recevra de Petra 38,8 millions de dollars.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.