Beznau, possible victime collatérale de falsifications en France

Le réacteur 1 de la centrale nucléaire de Beznau pourrait être concerné par des 'irrégularités' commises en France. L'entreprise Areva a annoncé avoir découvert une manipulation de certificats de sécurité pour certaines pièces. La Suisse sera fixée d'ici fin mai.

L'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) française a informé l'Inspection fédérale de la sécurité nucléaire (IFSN) que des irrégularités concernant des certificats de sécurité ont été découvertes à l'usine du Creusot d'Areva (Saône-et-Loire). En Suisse, la centrale de Beznau I comporte des pièces, des viroles, forgées dans cette usine.

L'ASN va clarifier d'ici fin mai si la Suisse est concernée par ces falsifications de documents et informer l'IFSN, a indiqué à l'ats cette dernière, confirmant des informations parues vendredi dans la Tribune de Genève et 24Heures.

Il n'est donc 'pas encore établi que Beznau est concernée par ces irrégularités', a précisé le porte-parole de l'IFSN David Suchet.

Analyses approfondies

Parallèlement, Axpo doit effectuer des analyses approfondies sur Beznau I, actuellement à l'arrêt. L'exploitant avait annoncé début mai la présence de 925 'mini-trous' d'une taille de 5 à 6 millimètres, des défauts de fabrication de la cuve.

Les cuves des centrales de Beznau I et II, Gösgen et Mühleberg ont été contrôlées entre 2012 et 2015 par des tests à ultrasons suite à des problèmes rencontrés dans des centrales en Belgique. Seule la cuve du réacteur de Beznau I nécessitait des examens plus poussés.

Mais il n'y a pour l'instant pas de lien établi entre ces défauts, et les documents de sécurité falsifiés en France, a encore assuré l'IFSN.

Le bloc 1 de la centrale de Beznau est le plus ancien réacteur commercial au monde. Il compte 46 ans d'activité.

Plainte en France

Le groupe français Areva a annoncé vendredi dernier que des 'anomalies' ont été détectées dans le suivi des fabrications d'équipement au sein de son usine du Creusot. Selon l'ASN, 400 pièces produites dans cette usine ne correspondraient pas à la réalité, alimentant les craintes d'une falsification des résultats des tests de contrôle de qualité.

L'association anti-nucléaire L'Observatoire du nucléaire a annoncé mercredi le dépôt d'une plainte pour faux, usage de faux et mise en danger d'autrui. 'Nul ne sait quelle centrale est concernée et quelles précautions doivent être prises (...). Il est donc urgent que ces documents falsifiés soient entre les mains de la justice.'

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.