Barack Obama annonce la levée des sanctions

Barack Obama annonce la levée des sanctions

Photo: Keystone

Barack Obama a annoncé mercredi à Washington, en présence d'Aung San Suu Kyi, la levée prochaine des sanctions visant la Birmanie. La Maison Blanche a précisé que le Trésor américain devrait faire une annonce en ce sens 'dans les jours qui viennent'.

Cette décision prise à quelques mois de son départ de la Maison Blanche permet au président américain, qui fut en 2012 le premier président en exercice des Etats-Unis à poser le pied en Birmanie, de mettre en exergue les progrès accomplis dans ce pays d'Asie du Sud-Est, un pays que Barack Obama cite souvent en exemple.

A l'issue d'une rencontre dans le Bureau ovale avec l'icône de la démocratie devenue entre-temps cheffe de la diplomatie birmane, il a affirmé que les Etats-Unis étaient 'désormais prêts' à lever les sanctions imposées lorsque la junte militaire était au pouvoir.

En mai, les Etats-Unis avaient déjà réduit les restrictions dans les secteurs bancaire, minier et du bois. Mais Washington avait maintenu une liste noire de plus de 100 personnes accusées d'être liées à l'ancienne junte. Les Américains ne peuvent pas conclure de contrats avec les Birmans figurant sur cette liste noire ou avec les compagnies qu'ils possèdent.

Optimisme affiché

Côte à côte dans le Bureau ovale, les deux prix Nobel de la paix, qui se sont rencontrés à de nombreuses reprises, ont insisté sur le chemin parcouru après des décennies d'isolement. 'Nous sommes arrivés à un point où peu de gens nous auraient imaginés il y a cinq ans', a déclaré la 'dame de Rangoun'. 'Nous sommes très optimistes sur l'avenir (de la Birmanie)', a déclaré de son côté Barack Obama.

Félicitant l'ex-opposante, assise à ses côtés, pour les progrès accomplis, le président américain a souligné que 'beaucoup de travail' restait à faire mais que le pays était 'sur la bonne voie'.

M. Obama a par ailleurs annoncé, dans un courrier adressé au Congrès américain, que la Birmanie bénéficierait de nouveau des préférences tarifaires réservées aux pays les moins avancés, des préférences qui avaient été suspendues du temps de la dictature militaire.

'Avec la levée des sanctions et une nouvelle loi à venir sur les investissements, nous pensons que notre pays est prêt à décoller', a affirmé Aung San Suu Kyi. Elle a toutefois souligné que le développement économique n'était qu'une des facettes de la transition en cours.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.