Athènes ne craint pas un problème de liquidités à court terme

Athènes ne craint pas un problème de liquidités à court terme

Photo: Keystone

La Grèce n'aura pas de problème de liquidités jusqu'à l'été, affirme samedi le ministre grec de l'Economie, Geroges Stathakis. Un plan gouvernemental d'augmentation des recettes provenant des impôts sera évoqué dimanche par le premier ministre Alexis Tsipras durant son discours de politique générale.

'Il n'y aura pas de problème (de liquidités) jusqu'à l'été et la conclusion d'un accord' avec les partenaires européens, affirme M. Stathakis sur son compte Twitter. Il a signalé que le montant de la collecte d'impôts a baissé de 7% entre novembre et décembre derniers (environ 1,5 milliard d'euros).

Plus tôt dans la journée, le vice-ministre des Finances Dimitris Mardas s'est également montré confiant. La Grèce n'aura pas de problème de liquidités durant les négociations actuelles avec ses partenaires de la zone euro.

'Cela ne signifie pas qu'il y en aura un ensuite', a-t-il assuré à la chaîne de télévision Mega TV. Si les pourparlers devaient durer jusqu'en mai 'nous pourrions trouver de l'argent', a-t-il dit, sans autre précision.

Financement-relais

Le nouveau gouvernement grec, mis sous pression par la Banque centrale européenne (BCE) mercredi, a réaffirmé vendredi qu'il ne voulait plus d'aide conditionnée de la part de l'Union européenne et du Fonds monétaire international (FMI).

La Grèce maintient sa demande controversée d'un financement-relais avant de conclure de nouveaux accords avec ses créanciers. Athènes estime qu'il ne doit y avoir dans l'intervalle aucune 'action unilatérale' de part ou d'autre, a déclaré vendredi une source gouvernementale.

Semaine décisive

Cette démonstration de fermeté intervient avant une semaine décisive pour la Grèce, financièrement aux abois, avec en particulier mercredi une réunion de tous les dangers des ministres de la zone euro.

Le gouvernement réclame 1,9 milliard d'euros aux banques centrales de la zone euro, au titre des bénéfices réalisés par celles-ci sur leurs avoirs en titres grecs, ainsi que l'extension de sa capacité d'endettement fixée par ses créanciers à 15 milliards d'euros en 2015. Le financement-relais doit permettre 'de négocier sans pression et sans recourir au chantage', selon la source gouvernementale.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.