Après dix ans d'existence, Implenia a réussi son pari international

Après dix ans d'existence, Implenia a réussi son pari international

Photo: Keystone

Il y a dix ans, les deux premiers groupes de construction de Suisse, le genevois Zschokke et le bâlois Batigroup unissaient leurs destinées. Fruit de leur union, Implenia leur a donné la taille critique pour s'ancrer sur plusieurs marchés européens.

Dans une récente interview, le directeur général d'Implenia, revenant sur le contexte de la fusion des deux leaders helvétiques de la construction, a confié que la réflexion de départ a porté sur l'avenir à moyen terme des deux entreprises. Il s'agissait alors tout particulièrement d'envisager le futur une fois les grands travaux des tunnels ferroviaires alpins achevés.

'Nous savions qu'il n'y avait pas de possibilité en Suisse et qu'il serait indispensable d'atteindre une masse critique à l'étranger sur les infrastructures et la spécialité des tunnels en particulier'. Une dimension dont Implenia dispose désormais, le groupe à la marguerite étant actuellement actif, outre son marché indigène, en Autriche, en Norvège, en Suède et en Allemagne, pour l'essentiel.

Reste que l'expansion d'Implenia à l'extérieur des frontières suisses connaît quelques difficultés, en particulier en Russie. Un pays duquel le groupe établi à Dietlikon va se désengager en grande partie, en interrompant en 2010 les activités de l'entreprise commune Russian Land Implenia, créée trois ans auparavant avec le partenaire local Russian Land.

Réorientation vers les infrastructures

Dans le cadre de la nouvelle orientation stratégique, la division Global Solutions, regroupant ces activités, est intégrée dans le segment Industrial Construction. Implenia entend se focaliser à l'étranger sur ses compétences clefs dans les infrastructures, notamment le percement et la construction de tunnels.

Les premières années d'existence sont aussi marquées par le conflit opposant la direction du groupe à son actionnaire, le fonds britannique Laxey. Ce long feuilleton trouve son épilogue en 2009, avec la vente des parts détenues par Laxey et un accord sur l'abandon des procédures juridiques engagées par les protagonistes.

Auparavant, le Tribunal fédéral a confirmé en dernière instance le verdict du Tribunal administratif fédéral, lequel avait estimé que Laxey avait violé la loi fédérale sur les bourses en tentant de mettre la main sur Implenia.

Alors que le fonds britannique détenait 51% des actions, les dirigeants d'Implenia avaient limité à 4,9% ses droits de vote, en se fondant sur la 'Lex Koller'. Cette dernière contraint des investisseurs étrangers à se défaire des activités immobilières, en cas de prise de majorité.

Implantation en Norvège

Si Implenia ambitionne une expansion à l'étranger, le groupe effectue l'une de ses premières acquisitions en Suisse, en s'emparant à l'été 2010 de l'activité immobilière du groupe industriel zurichois Sulzer pour 84 millions de francs. Mais l'année suivante, Implenia franchit un pas décisif avec la reprise à sa maison mère du spécialiste norvégien des tunnels et des infrastructures Betonmast Anlegg.

L'opération, complétée deux ans plus tard par le rachat d'une autre entreprise norvégienne, Midtnorsk Betongsproyting, offre de nombreuses opportunités en Norvège, mais aussi ailleurs en Scandinavie. Jusqu'alors, Implenia ne disposait que d'une présence marginale en dehors du marché helvétique avec des représentations en Allemagne, en France, en Italie, en Russie, dans les Emirats arabes unis et au Qatar.

Pour couronner le tout, Implenia a réalisé en 2014 sa plus grosse acquisition, avec le rachat pour un montant total évalué en août dernier à 141,4 millions de francs de Bilfinger Construction. Fort de la reprise de la société allemande, consolidée depuis mars dernier, le groupe zurichois dispose d'une solide base dans le domaine des infrastructures en Europe.

En 2014 toujours, Implenia a réalisé 16% de ses revenus de 2,92 milliards de francs à l'étranger, avec un peu plus de 1000 salariés, dont 545 pour la seule division norvégienne Implenia Norge, sur les 5777 que comptait alors le groupe. L'an dernier, cette part devrait avoir quasiment doublé à environ 31%.

Au premier semestre 2015, Implenia a réalisé un chiffre d'affaires de 1,51 milliard de francs, dont 393 millions à l'étranger (26%). La contribution de Bilfinger Construction s'est à elle seule montée à 189,9 millions. L'effectif du groupe a lui bondi à 7304 salariés.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.