Altice rachète le câblo-opérateur américain Cablevision

Altice rachète le câblo-opérateur américain Cablevision

Photo: Keystone

Le groupe européen Altice va racheter pour 17,7 milliards de dollars (17,2 milliards de francs), dette incluse, le 4e câblo-opérateur américain Cablevision Systems. Une opération qui confirme les ambitions du milliardaire franco-israélien Patrick Drahi aux Etats-Unis.

Cette opération, qui marque une étape importante dans la construction de l'empire des télécoms et des médias de l'homme d'affaires, devrait être annoncée jeudi avant l'ouverture des Bourses européennes, a indiqué mercredi soir à l'AFP une source proche du dossier sous couvert d'anonymat. Contacté, Altice s'est refusé à tout commentaire. Cablevision n'a pas réagi dans l'immédiat.

Les deux dirigeants du groupe européen, Patrick Drahi et Dexter Goei (directeur général) doivent participer jeudi à une grand-messe des télécoms à New York. M. Drahi, 3e fortune de France, a fusionné à vive allure câble et télécoms en Europe en endettant sa société via des montages financiers s'apparentant à des LBO (leverage buy-out).

Altice est un géant européen des télécoms et des médias, avec un portefeuille s'étendant notamment de Numericable-SFR, NextRadioTV, Libération et L'Express en France à Portugal Telecom en passant par la chaîne d'informations i24news en Israël.

A New York et à l'est

Pour racheter Cablevision, Patrick Drahi, 52 ans, propose aux actionnaires 34,90 dollars par action, soit plus de 6 dollars de plus comparé à la clôture du titre mercredi soir à Wall Street. Et se propose de reprendre la dette de l'entreprise.

Fondé en 1973, ce groupe familial va donner à Altice accès au lucratif marché new-yorkais du câble. Sous sa marque Optimum, le câblo-opérateur est présent dans la ville de New York, le New Jersey (est), le Connecticut (est) et une partie de la Pennsylvanie (est).

L'an dernier, il a réalisé un chiffre d'affaires de 6,46 milliards de dollars pour un bénéfice net de 465 millions. Le groupe, dont le siège est basé dans l'Etat de New York, employait plus de 15'000 personnes en fin 2014.

Firmes à l'étude

Altice s'est fixée pour objectif de générer la moitié de ses revenus aux Etats-Unis à terme, contre 15% prévus d'ici la fin de l'année. Ce qui sous-entend que le groupe n'en a pas fini avec ses emplettes d'autant plus que le numéro un américain du câble Comcast a les mains liées du fait de sa taille et les deux autres mastodontes Charter/Time Warner sont en train de fusionner.

La liste des cibles américaines du magnat comprend, selon des sources bancaires, Verizon Communications FiOS, les activités du câble et de cuivre de l'opérateur télécoms Verizon qui sont évaluées à environ 34 milliards de dollars par l'analyste Michael Rollins de Citigroup.

M. Drahi, résident fiscal suisse, étudie aussi un rachat de Cox Communications ou Mediacom, selon ces mêmes sources.

Pas de guerre des prix

Patrick Drahi entend répliquer aux Etats-Unis les recettes qui ont contribué à sa fulgurante ascension en Europe.

Il exclut a priori d'engager une guerre des prix mais plutôt une guerre de la qualité des services à un moment où les consommateurs américains se désabonnent de plus en plus du câble, au profit de services de vidéo en ligne (streaming) comme Netflix, Hulu, Amazon Fire TV, Apple TV... aux prix souvent dérisoires comparés à ceux pratiqués par les câblo-opérateurs.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.