La centrale de Mühleberg passe le test de l'IFSN sous conditions

Mühleberg: Greenpeace a fustigé des améliorations Mühleberg: Greenpeace a fustigé des améliorations "insignifiantes"

Photo: Keystone

L'Inspection fédérale de la sécurité nucléaire (IFSN) a accepté les mesures déployées par la centrale nucléaire de Mühleberg pour son exploitation jusqu'en 2019, quand elle sera mise hors service. Les quatre alternatives aux exigences de l'IFSN doivent néanmoins encore être remplies.

Le gendarme helvétique de l'énergie nucléaire avait formulé dix-huit requêtes en novembre 2013 concernant la poursuite de l'exploitation de la centrale. Les délais d'application de la plus grande partie ont depuis expiré.

Pour quatre de ces mesures, la société BKW, ex-Forces motrices bernoises (FMB) a pu proposer des alternatives. L'autorité de contrôle a examiné ces propositions et les a également acceptées.

Une de ces mesures concerne la stabilisation de l'enveloppe du coeur du réacteur, qui présente des fissures. Compte tenu de la durée limitée de l’exploitation restante, l’IFSN peut accepter que BKW SA renonce aux mesures de stabilisation et élargisse à défaut le programme de contrôle de l’enveloppe du cœur. L’IFSN avait requis ces mesures de stabilisation pour une exploitation illimitée à long terme.

Contrôles exigés

Elle exige cependant que des contrôles soient désormais effectués à l’enveloppe du cœur lors de chaque révision annuelle. Un système de contrôle qualifié doit être utilisé.

En tant qu’autorité de surveillance, elle a en plus fixé deux critères qui définissent sous quelles conditions la centrale peut être redémarrée après une révision. Il s'agit d'un facteur d'intensité maximale de contrainte et d'une valeur-limite pour la longueur des fissures transversales. Celles-ci ne doivent pas dépasser 32 centimètres.

'Avec cette exigence, nous assurons que la stabilité de l’enveloppe du cœur sera maintenue avec une marge de sécurité', explique Georg Schwarz, directeur suppléant de l’IFSN et chef du domaine de surveillance 'centrales nucléaires', mardi devant les médias à Brugg (AG). S'il apparaît que les valeurs-limites sont atteintes lors d'un contrôle, 'BKW ne pourra plus remettre en service la centrale', a-t-il ajouté.

Gain de sécurité comparable

Une autre alternative proposée par BKW concerne la réalisation d'un système de refroidissement indépendant de l'Aar, résistant aux tremblements de terre et aux inondations. L'IFSN autorise la centrale à pomper l'eau du réservoir existant à Raldelfingen BE, puisqu'un renforcement du barrage du lac de Wohlen a déjà été réalisé. Cette mesure apporte un gain de sécurité comparable au projet initialement prévu.

L'autorité de contrôle a également accepté que le système de refroidissement du bassin accueillant les éléments combustibles serait, lui, fait en deux phases. Lors de la première, des refroidisseurs par immersion doivent être installés. Dans une seconde phase le système de refroidissement de secours doit être transformé en un système de sécurité à part entière.

La dernière mesure concerne les pompes des systèmes de refroidissement de secours de la centrale. L’IFSN exige que l’alimentation de secours dans la cuve du réacteur soit réalisée jusqu’à la fin de la révision annuelle de 2016.

'Concessions dangereuses'

'Mesures alibi', 'concessions dangereuses', 'argumentation cynique': les réactions à la décision de l'IFSN ne se sont pas fait attendre.

Selon Greenpeace, les améliorations demandées par l'autorité de surveillance sont insignifiantes. 'En capitulant devant les arguments économiques de BKW, l'IFSN expose la population à un danger nucléaire croissant', déclare Florian Kasser, expert des questions nucléaires pour l'organisation environnementale.

Pour l'ONG, l'autorité revient sur certaines de ses exigences initiales et 'les mesures acceptées aujourd'hui font office d'alibi' mais ne sont pas suffisantes, ajoute-t-il.

La co-présidente des Verts Regula Rytz parle de 'concessions dangereuses'. Selon elle, l'IFSN s'est même mise à genoux devant BKW.

Quinze millions

De son côté, BKW s'est félicité de la décision de l'autorité de surveillance. 15 millions de francs seront investis afin de remplir les conditions de l'IFSN dans les temps, a annoncé dans la foulée la porte-parole des BKW Murielle Clerc.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.