Trois décennies d'étude débouchent sur un livre

Trois décennies d'étude débouchent sur un livre

Photo: Keystone

Le mercenaire du col du Théodule a passionné les historiens depuis sa découverte en 1984. Trois décennies plus tard, un livre fait le bilan des recherches autour des restes rendus par le glacier.

La dépouille rejetée par le glacier du Théodule, dans la région de Zermatt (VS), est la plus ancienne dépouille glaciaire d'Europe après Ötzi, un homme préhistorique rendu par un glacier autrichien en 1991. L'ensemble de la découverte sera exposé au musée de Zermatt suite à un prêt à long terme des musées cantonaux, communiquent ces derniers mardi.

L'homme est mort vers 1600 en franchissant le col du Théodule. Il a été découvert en 1984 de manière fortuite. La fonte du glacier a peu à peu permis de mettre au jour l'équipement de l'individu: chausse-pied, chaussures, rasoir, argent, pistolet de poche.

Intense activité de recherche

La découverte a engendré une intense activité scientifique dans la région du col du Théodule. Des objets plus anciens, vieux de près de 10'000 ans pour certains, des ossements de mulets, témoignent du trafic de personnes et de marchandises. Les études archéologiques devraient se poursuivre au col.

De nombreux travaux ont concerné la dépouille rendue par le glacier. Des spécialistes de tous horizons ont analysé l'équipement, les vêtements, les objets et le squelette. L'hypothèse première d'un mercenaire rentrant au pays avec sa solde a été remise en question.

Un homme élégant

Les ossements sont ceux d'un homme de 20 à 30 ans. Il est originaire de l'arc alpin. Les armes retrouvées sont de facture allemande, établissant un lien avec le nord des Alpes.

Les analyses ont aussi permis de déterminer qu'il portait des vêtements rouges avec des galons de soie jaune. Il avait les cheveux courts, la barbe probablement taillée. La dague, l'épée, le petit pistolet contribuent à l'élégance globale de l'individu.

Il pourrait s'agir d'un homme issu d'un milieu social aisé, battant en brèche l'hypothèse du soldat. Les dernières recherches suggèrent plutôt un voyageur jouissant d'une bonne situation qui a perdu la vie lors de la traversée de l'un des plus importants cols alpins de l'époque servant au transit de marchandises entre le nord et le sud.

L'ensemble de ces recherches est publié dans un ouvrage collectif de 240 pages auquel ont participé 26 auteurs. Il constitue le 13e volume de la collection des Cahiers du Musée d'histoire du Valais.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.