Tobias Richter va quitter le Grand Théâtre de Genève

Tobias Richter quittera le Grand Théâtre de Genève en 2019

Photo: Keystone

Le Grand Théâtre de Genève se cherche un nouveau directeur. Tobias Richter, 63 ans, a annoncé samedi son départ à la fin de la saison 2018-2019. Il aura passé dix saisons à la tête de la prestigieuse scène lyrique.

'En juin 2019, j'aurai largement atteint l'âge légal de la retraite', indique M. Richter dans un communiqué. Né à Munich en 1953, le directeur de l'institution est de nationalité suisse. Il a étudié à Genève et commencé sa carrière professionnelle au Grand Théâtre en 1972. Il est le fils du chef d'orchestre Karl Richter.

Le directeur du Grand Théâtre de Genève doit annoncer son départ bien à l'avance, pour permettre à l'institution de lancer la longue procédure afin de lui trouver son remplaçant ou sa remplaçante. Il faut en effet du temps pour trouver la relève, 'car les gens de qualité sont en poste', a-t-il précisé à la radio romande.

Démocratiser l'opéra

Tobias Richter fera le bilan de son passage au Grand Théâtre au terme de sa dixième saison. Il a pris les rênes de l'institution alors que celle-ci venait de traverser une période de turbulences. La fin de règne de son prédécesseur Jean-Marie Blanchard avait été marquée par des tensions entre le personnel et la direction.

Tobias Richter a tenté, lorsqu'il est arrivé à la tête du Grand Théâtre, d'amener de nouveaux publics à l'opéra. Il a notamment voulu toucher les jeunes générations et les faire goûter à l'art lyrique, en proposant des spectacles comme le Chat Botté de César Cui, ou encore la Flûte enchantée de Mozart.

Dans un tout autre registre, le Grand Théâtre de Genève avait monté, en 2013 et 2014, 'Der Ring der Niebelungen', afin de célébrer le bicentenaire de la naissance de Richard Wagner.

Avant de prendre la direction du Grand Théâtre de Genève en 2009, Tobias Richter avait auparavant dirigé successivement les opéras de Kassel, Brême et Düsseldorf/Duisbourg en Allemagne, tout en développant une carrière de metteur en scène pour de prestigieuses scènes comme la Fenice à Venise et le Châtelet à Paris.

A la maison pour la dernière

Pour sa dernière saison à Genève, M. Richter retrouvera le bâtiment historique rénové de l'opéra, après deux saisons et demie passées hors des murs à l'Opéra des Nations, dans une salle éphémère située à proximité de l'ONU. Tobias Richter avait initié le projet de l'Opéra des Nations, mais il trouve logique de finir dans le Grand Théâtre, a-t-il déclaré à la radio.

La Ville de Genève finance une large partie du budget du Grand Théâtre. L'institution dépend aussi de mécènes et conclut des partenariats avec des entreprises.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.